Pratiques pro-aidantes

Durant les mois d’août et septembre 2020, l’asbl Aidants Proches Bruxelles a organisé des groupes de réflexion centrés sur la place des aidants proches au sein des différents services et institutions bruxelloises. À cette fin, quelques 37 professionnels, de divers secteurs étaient présents pour représenter leurs services.

L’un des objectifs de ces rencontres étaient de mettre en avant ce que les différents services faisaient pour les aidants proches, quelles étaient leurs pratiques dites « pro-aidantes ». L’idée étant de toujours mieux informer les aidants proches sur les aides disponibles pour eux. Ces rencontres étant terminées, nous pouvons maintenant décrire sur cette page, les différentes pratiques pro-aidantes par service/institution et qui permettent aux aidants proches d’être pris en considération, d’être soutenus.

NB : L’ordre dans lequel est décrit ces différents services est totalement aléatoire et n’a pas pour objectif de les classer.

1. Maison Médicale Calendula :

Cette maison médicale se situe sur Ganshoren. Les personnes qui veulent pouvoir bénéficier de soins auprès de la maison médicale doivent s’y inscrire et la maison médicale reçoit alors un forfait de la mutuelle pour chaque personne inscrite, le patient ne paie pas ses soins. Elle est constitué d’une équipe pluridisciplinaire : médecins généralistes, infirmière, assistante sociale, kinésithérapeutes, etc. Lors de notre rencontre, la maison médicale représentée par Nadège Ingabire et Stefania Marsella. Nadège se rend régulièrement à domicile et met en avant certaines de ses pratiques soutenantes pour les aidants proches :

  • Informer de ce qui est possible et sur la pathologie
  • Donner une place centrale à l’aidant proche et collaborer avec l’aidant proche, la personne aidée et les professionnels autour de la situation. Nécessité de concertation
  • Impliquer l’aidant proche dans les soins s’il le souhaite, lui apprendre certaines choses comme protéger son dos, faire une piqûre, etc.
  • Écouter la culture de la personne, ce qu’elle impose pour être adéquat dans ses réponses/propositions d’aide.
  • « La relation avec un aidant proche, c’est un peu comme une danse, il faut suivre le rythme ».

 

2. Dionysos (Équipe Mobile) :

Dionysos est un projet porté au sein du SSM Rivage Den Zaet. C’est une équipe mobile qui se déplace au domicile des personnes âgées (+ de 60 ans) fragilisées (situations gériatriques) afin de les soutenir à domicile le plus longtemps possible et dans de bonnes conditions. Dionysos travaille en concertation avec tous les professionnels qui entourent la personne aidée et son aidant proche pour que le réseau puisse être une enveloppe contenante au besoin afin de prévenir l’épuisement de l’aidant proche. Ce n’est pas un centre de coordination : ils vont plutôt travailler la communication entre tous les acteurs, les réticences des familles, les conflits. C’est un service gratuit, qui se déplace à domicile et travaille sur les 19 communes de Bruxelles.

Dans quelle situation peut-on faire appel à cette équipe ? Toute question que se pose un intervenant de première ligne, une personne âgée ou ses aidants proches, ayant trait à la santé (physique et/ou mentale) et au bien-être de la personne âgée peut faire l’objet d’une demande à la cellule mobile Dionysos. 

Lors de notre rencontre, l’équipe Dionysos, représentée par Alexia Watelet et Fabienne Ellenbecker, a mis en avant certaines pratiques pro-aidantes utilisées dans leur travail quotidien :

  • Écoute de la famille (aidant(s) proche(s) et personne aidée)
  • Prendre le temps : aller au rythme des aidants proches, répéter les informations.
  • Valoriser ce qui est fait par les aidants proches, mettre en avant le positif
  • Mettre des mots sur l’ambivalence, les émotions des aidants proches.
  • Parler de l’histoire de vie de la famille : travail autour de la relation entre l’aidant proche et la personne qu’il/elle aide pour sortir du soin
  • S’appuyer sur le réseau autour de la famille pour qu’il soit un relais, une enveloppe contenante : redonner sa place à chacun.

 

3. Projet SeniorSolidarite(it) à Etterbeek :

SeniorSolidarite(it) est un projet qui s’inscrit dans un projet plus global « Réseau Quartier Aide et Soins ». Le but est de faciliter le maintien à domicile des personnes âgées dans les meilleures conditions possibles. Ce projet est un projet local qui prend en compte tous les domaines de la vie quotidienne : soins, aides à domicile, loisirs, courses, etc. Ce projet veut travailler en réseau avec toutes les aides formelles (les professionnels) et informelles possibles (les bénévoles, les acteurs locaux, etc.).

Quand faire appel à SeniorSolidarite(it) ? Lorsqu’une personne âgée (55, 60 ans ou plus) a un besoin, une demande, est isolée, etc. SeniorSolidarite(it) tente alors de répondre aux besoins/demandes en faisant des relais dans le quartier. Une fois que le relais est mis en place et que cela fonctionne pour la personne âgée, SeniorSolidarite(it) se retire.

Lors de notre rencontre, Solenne Gougnaud-Delaunay qui représente le projet met en avant deux pratiques pro-aidantes importantes :

  • Prendre en considération la famille dans sa globalité : la personne âgée, bien sûr, mais aussi les aidants proches qui sont présents autour de la personne âgée.
  • Importance de répéter l’information : il faut du temps pour que les familles puissent entendre, accepter l’information qu’il faut alors parfois répéter plusieurs fois.

 

4. Centre Harvey Cushing :

Le centre Harvey Cushing est un service qui travaille au sein des hôpitaux, notamment l’hôpital Erasme, la clinique universitaire Saint-Luc et l’UZ Brussel. Ils proposent un accompagnement psychologique aux patients atteints de tumeurs cérébrales et/ou d’infections neurologiques ainsi qu’à leurs aidants proches. L’équipe est donc présente dans les services de neurochirurgie et neurologie. C’est un service gratuit. Lors de notre rencontre, Lisa Dellisse, psychologue au sein centre Harvey Cushing parle des pratiques pro-aidantes de l’équipe :

  • Démarche proactive : ils n’attendent pas que la demande émane du patient et/ou de l’entourage.
  • Rôle préventif : ils travaillent la prise de conscience de la maladie, des conséquences sur la famille et du rôle des aidants proches. Cette prévention est très utile sur le long terme parce qu’elle facilite le contact avec les professionnels lorsque les aidants proches rentrent au domicile et constatent par eux-mêmes les difficultés. Certains aidants proches et/ou patients appellent des semaines après l’hospitalisation.
  • Accompagnement sur le long terme : ils répètent souvent les informations et refont le point régulièrement.

 

5. Radiorg :

Radiorg est une fédération qui représente les associations de patients atteints de maladie(s) rare(s). Deux principales missions : faire entendre la voix des personnes atteintes de maladies rares auprès des décideurs politiques ET conseiller/informer au mieux les patients, aidants proches, professionnels à propos des maladies rares et des activités des associations. Deux fois par année, une réunion avec les membres de Radiorg est organisée. Lors de notre rencontre, Jonathan Ventura parle des pratiques pro-aidantes de Radiorg :

  • Une ligne d’écoute est ouverte et accessible aux aidants proches pour qu’ils puissent être informés
  • Prise en considération de la situation d’une personne atteinte d’une maladie rare dans sa globalité, y compris de ses aidants proches.
  • Rencontre avec le réseau pour alimenter leur base d’informations pour les aidants proches.

 

6. CPAS de Bruxelles (1000) :

Le CPAS est un centre public d’action sociale. C’est un service de première ligne, en contact avec des personnes fragiles et/ou précarisées. Sur Bruxelles (1000), il existe 11 antennes différentes. Nous avons rencontré Nele Schreurs, responsable de l’antenne Moorslede qui nous parle des pratiques pro-aidantes du CPAS de Bruxelles :

  • Prise en considération des aidants proches : le CPAS de Bruxelles a déjà rencontré par le passé, l’équipe de l’asbl Aidants Proches Bruxelles lors d’une sensibilisation à la thématique des aidants proches ce qui a permis de mieux comprendre qui était les aidants proches, leur réalité et de prendre conscience qu’ils en rencontrent régulièrement. Les aidants proches sont pris en considération dans l’analyse globale de la situation d’une personne se présentant au CPAS ce qui de fournir des soutiens (indirects) aux aidants proches.
  • Aide financière ponctuelle : pour répondre à un problème financier ponctuel comme l’achat d’un matériel trop coûteux à acheter qu’une seule fois.
  • Carté médicale qui permet des remboursements de frais médicaux (non pris en charge par l’INAMI) pendant une période déterminée.
  • Revenu d’intégration
  • Aide Covid-19 pour les personnes impactées financièrement par la crise
  • Référent au sein de l’équipe pour l’emploi
  • Service de médiation de dettes
  • Référente jeunesse qui rencontre les familles et met en place des soutiens pour le jeune au besoin : école des devoirs, camps résidentiels, activités de détente le mercredi après-midi, remédiation, etc.
  • IMPORTANT : il ne faut pas obligatoirement dépendre du CPAS pour obtenir des aides. Exemple : une personne qui a son propre revenu peut bénéficier d’une aide financière ponctuelle. Bien entendu, les revenus des personnes demandeuses seront toujours analysés pour répondre aux besoins des personnes les plus précaires.

 

7. Mutualité Symbio :

La mutualité, de manière globale, est un acteur central pour identifier les aidants proches, surtout depuis que la loi de reconnaissance des aidants proches est entrée en vigueur ce 1er septembre 2020. La mutualité est constamment en contact avec les aidants proches et les personnes en perte d’autonomie qui font appel à la mutualité pour les remboursements des soins de santé (notamment). Ce sont souvent les aidants proches qui gèrent le dossier et font les démarches. Lors de notre rencontre, Sophie Szynal nous parle des pratiques pro-aidantes au sein de la mutualité Symbio :

  • Service Social : propose toute une série de soutiens qui profitent indirectement aux aidants proches via une analyse globale du dossier.
  • Aide dans les démarches (administratives)
  • Accompagnement/écoute des aidants proches
  • Courts séjour permettant du répit pour les aidants proches
  • En 2021, des avantages supplémentaires concernant les aides familiales seront disponibles
  • Fonds social = intervention financière exceptionnelle liée aux soins de santé pour les revenus limités à modestes.
  • Force de Symbio : petite mutualité, familiale qui prend le temps de proposer à chaque membre qui le souhaite, un accompagnement, une prise en charge personnalisée.

 

8. Alzheimer Belgique :

Alzheimer Belgique est une association de patients qui met tout en oeuvre pour une Belgique accueillante, compétente et active pour faire face aux enjeux de la maladie d’Alzheimer. Le public cible de l’asbl sont les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Elle propose des services visant à améliorer l’accompagnement des patients et de leurs familles dans leur lieu de vie. Anouk Dufour, ergothérapeute chez d’Alzheimer Belgique décrit les pratiques pro-aidantes de l’asbl :

  • Information et guidance par téléphone, par mail ou en entretien individuel.
  • Organisation de groupes de soutien pour les aidants proches avec prise en charge de la personne malade grâce à des ateliers d’art-thérapie, de psychomotricité ;
  • Accompagnement à domicile, basé sur la communication avec le patient ET l’aidant proche, et formation des aidants en 10 séances de 2 heures dans le cadre du projet ASAPP financé par l’INAMI ;
  • Travail quotidien : l’équipe d’Alzheimer Belgique encourage la reconnaissance et le bien-être des personnes malades et des familles en informant, en formant, en sensibilisant, en diffusant des bonnes pratiques, en militant pour l’existence de lieux adaptés et en alertant les pouvoirs publics sur des besoins des familles. Sa philosophie est de privilégier le temps relationnel, en prônant la concertation avec le binôme aidant proche – personne aidée et l’adaptation au rythme de la famille. Elle prône l’importance de donner du répit aux aidants proches, de maintenir des contacts sociaux pour éviter ou rompre l’isolement et d’identifier une personne référente par famille, qui puisse coordonner et être le contact privilégié de la famille.

 

9. Projet Ruches Citisen :

Le projet Citisen est un projet pilote qui a pour but de développer et mobiliser les ressources formelles et informelles au sein d’un quartier sur la commune de Schaerbeek. L’idée est d’améliorer le réseau d’aide et de soins de proximité pour permettre le maintien à domicile des personnes âgées dans les meilleures conditions possibles. Ce projet se construit autour de plusieurs volets/actions :

  • Centraliser les informations et mieux communiquer autour de celles-ci
  • Faire de la prévention porte à porte pour détecter les personnes âgées à risque
  • Relais vers des services adéquats, en accompagnant parfois les personnes dans ces relais
  • Suivi de la personne âgée et de son aidant proche pour la mise en place des aides
  • Traiter tout besoin/demande.

Lors de notre rencontre avec Sonia De Clerck, responsable du projet des ruches citisen, elle nous parle des pratiques pro-aidantes dans le cadre de ce projet :

  • Importance de l’aide de proximité pour les aidants proches
  • Maison Biloba (= centre de jour médicalisé) comme source de répit pour les aidants proches.
  • Permanences au sein des 3 ruches de la commune (Ruche Stephenson, Ruche Liedts et Ruche Verte) lors desquelles un accueil personnalisé et dans votre propre langue est proposé.
  • Solutions personnalisées basées sur le réseau de quartier
  • Formations pour les aidants proches sur différentes thématiques.

 

10. Fondation contre le Cancer :

La Fondation contre le Cancer est la seule organisation nationale de lutte contre le cancer. 4 missions principales : financer les équipes de chercheurs, financer des projets psycho-sociaux qui impactent la qualité de vie de patients et des proches, mobiliser les acteurs impliqués dans la lutte contre le cancer et informer les bénéficiaires et les aidants proches. Lors de notre rencontre, Laura Diskeuve, coordinatrice régionale Bruxelles et Brabant Wallon, explique les pratiques pro-aidantes de la Fondation contre le Cancer :

  • Ligne téléphonique d’écoute (0800/15.801) : 6 séances de soutien émotionnel gratuites pour les aidants proches de personnes atteintes d’un cancer.
  • Camps Tournesol : camps médicalisés pour des enfants atteints d’un cancer.
  • Prise de conscience/considération des aidants proches dans la réflexion et les projets futurs de la Fondation contre le Cancer.

 

11. Commune d’Etterbeek :

Nous avons rencontré Amélie Chevalier qui travaille au service Égalité des genres, Diversité et Santé de la commune d’Etterbeek. Elle parle des pratiques pro-aidantes du service pour les aidants proches :

  • Octroi d’une prime annuelle de 100 euros aux aidants proches. L’idée de cette prime est de faire appel, de temps en temps, à une personne extérieure professionnelle pour qu’ils puissent profiter de loisirs.
  • Chèques « Baby-sitting » – Baby-sitter/euses de la Ligue des Familles formé(e)s pour s’occuper d’enfants atteints d’un handicap et/ou d’une maladie. Ces chèques sont uniquement disponibles pour les familles monoparentales (pour le moment).
  • Souhait de développer le soutien et l’accompagnement aux aidants proches au sein du service et plus largement, de la commune.

 

12. Mutualité Partenamut :

Nous avons rencontré Frédérique Maerlan qui travaille au département de l’aide sociale de la mutualité Partenamut. Lors de notre rencontre, Mme Maerlan parle des pratiques pro-aidantes de la mutualité :

  • Les aidants proches sont un public prioritaire pour Partenamut : tous les services et métiers sont sensibilisés à la thématique des aidants proches.
  • Statut « Aidant Proche » qui permet d’avoir accès à des avantages financiers supplémentaires pour certains services tels que les titres-services, les gardes-malade, des moments de répit, soutien psychologique, etc.
  • Culture de détection des aidants proches parmi tous les services de la mutualité qui sont en contact avec les membres, notamment chez Partenamut Shop.
  • Échelle d’évaluation pour l’obtention du statut aidant proche de Partenamut
  • Formations destinées aux aidants proches : exemple : « aide aux déplacements » ou « premiers secours ».

 

13. Projet Zoom Seniors :

Le projet Zoom Seniors est un projet pilote qui a pour but le maintien à domicile des personnes âgées dans les meilleurs conditions possibles. Ce projet se base sur une approche de proximité par quartier : le bas de Saint-Gilles, les Marolles, Stalingrad et Anneessens. L’idée est que les personnes âgées fragilisées soient détectées à temps, qu’elles soient mieux informées sur les aides de proximité disponibles, que des relais soient mis en place pour ces personnes et leurs aidants proches. Ce projet tend à se développer et des contacts ont déjà été pris avec l’asbl Aidants Proches Bruxelles pour réfléchir aux soutiens possibles pour les aidants proches dans le cadre de ce projet.

 

14. La Casa Clara :

La Casa Clara est une maison de répit et de ressourcement pour les aidants proches (parents/fratries) d’enfants en situation de handicap ou de pathologie lourde, quel que soit l’âge de l’enfant. La Casa Clara organise des moments répit, de détente avec un accompagnement psycho-corporel et une écoute informelle pour les aidants proches. Lors de notre rencontre, Fanny Calcus, fondatrice et coordinatrice de la Casa Clara explique ses activités principales : Journées de répit pour les aidants proches. Actuellement, dû à la crise sanitaire, la Casa Clara propose des rendez-vous de 2 heures pour un aidant proche ou un binôme (couple ou parent/fratrie) durant lesquels les personnes bénéficient d’un soin (massage, Reiki, etc.), d’un moment de détente en salle de relaxation et d’écoute.

 

15. C.S.J Le Tournesol :

Le Tournesol est un centre de soins de jour qui accueille des personnes qui souffrent de difficultés locomotrices et/ou de mémoire. Lors de notre rencontre, Valérie Lambrechts, responsable du C.S.J parle de sa politique pro-aidante au sein du centre :

  • Écouter les aidants proches : les aidants proches ont une place centrale au centre et Valérie se concentre tout particulièrement sur eux. Elle écoute leurs préoccupations, leurs inquiétudes pour qu’ils puissent être apaisés. Elle écoute leur histoire de famille également. Le patient et les aidants proches sont au centre de la relation collaborante.
  • Centre de soins de jour comme source de répit pour les aidants proches : importance que les aidants proches prennent du temps pour eux.
  • Prévention : Valérie est spécialisée en fleurs de Bach
  • Importance de la construction d’une relation de confiance avec les familles, du non-jugement, de la transparence.
  • Importance de réorienter vers des structures/services adaptés, informer les familles.
  • Le tutoiement pour casser la distance professionnelle et être dans une relation humaine, d’égal à égal.

 

16. Jeunes & Aidants Proches asbl :

L’asbl Jeunes & Aidants Proches est un service qui soutient et informe les jeunes aidants proches qui accompagne régulièrement un proche atteint d’un handicap, d’une maladie, une addiction. L’asbl a deux missions principales : porter la voix des jeunes & aidants proches auprès des entités fédérales, régionales, communales, des professionnels (dont les milieux scolaires) et du grand public ainsi que proposer du soutien, de l’information et des loisirs aux jeunes aidants proches au sein de la Maison des Jeunes Aidants.

 

17. Happy Days :

Happy Days est un service qui propose un panel d’aides à domicile : aides dans les tâches quotidiennes, courses, démarches administratives, aide aux déplacements, loisirs, petits travaux, cours d’informatique, etc. Lors de notre rencontre, Marie Bussi, fondatrice d’Happy Days, parle de ses pratiques pro-aidantes dans son travail quotidien :

  • Aide personnalisée : chaque personne est différente, chaque demande/besoin est différent donc Happy Days s’adapte aux besoins de la personne en perte d’autonomie et de ses aidants proches.
  • Créer une relation de confiance avec la personne à domicile et ses aidants proches : faire les tâches avec les personnes plutôt qu’à leur place, travailler autour de la culpabilité des aidants proches, de leur éventuelle fragilité, etc.
  • Considérer la personne derrière le rôle d’aidant proche, son histoire
  • Compléter le rôle de l’aidant proche plutôt que de prendre sa place
  • Informer les aidants proches de comment s’est passé le moment avec la personne en besoin d’aide, à l’oral ou aussi via des SMS pour diminuer la pression, renforcer la confiance.

 

18. Similes Bruxelles :

Similes Bruxelles est une association d’entraide pour les familles de personnes atteintes de troubles psychiques, avec un focus particulier sur la schizophrénie. À sa création, Similes Bruxelles se centrait sur les patients puis leur philosophie a évolué pour se centrer, maintenant, principalement sur l’entourage des patients, leurs aidants proches. Lors de notre rencontre, Gabriel Tala décrit les pratiques pro-aidantes du service :

  • Entretiens psycho-sociaux avec les aidants proches pour connaître la demande, les besoins et orienter si nécessaire
  • Formation en psycho-éducation pour les aidants proches dans le cadre du projet « réseau pro-famille »
  • Groupes de parole entre pairs pour permettre aux aidants proches de prendre conscience qu’ils ne sont pas seuls, de s’appuyer sur les « anciens ».
  • Projet « Family on support » : l’équipe de Similes et ses bénévoles se déplacent à domicile au moment où une crise survient. Ensuite le suivi peut continuer à travers les entretiens psycho-sociaux.

 

19. SUSA – Bruxelles :

SUSA Bruxelles est un service dont le public cible est l’entourage d’un enfant atteint d’autisme. Ils accompagnent les familles : les parents davantage que les fratries. Lors de notre rencontre, Anne Caillaud, parle des pratiques pro-aidantes de Susa Bruxelles :

  • Guidance parentale
  • Sensibilisation des écoles et travail autour de l’intégration des enfants autistes au sein des écoles
  • Formations pour les parents et les professionnels
  • Organisation de loisirs pour les familles, de moments répit
  • Journées portes ouvertes pour les familles où Susa invite d’autres associations.
  • Réseautage pour pouvoir mieux informer et relayer
  • Accompagnement de 1ère ligne pour les parents : les familles obtiennent assez rapidement un premier rendez-vous après avoir pris contact avec le service.
  • Importance de parler de la fratrie
  • Importance de travailler sur les limites et le fait que les aidants proches en ont également.

 

20. Soins chez Soi asbl :

Soins chez soi asbl est un centre de coordination de services d’aides à domicile : ils ont leurs propres services (exemple : aide-ménagères, aides familiales, etc.) ou font appel à des prestataires indépendants (exemple : kinésithérapeutes, soins palliatifs, etc.). Lors de notre rencontre, Laurence Bonkain, assistante sociale à Soins chez Soi, parle des pratiques pro-aidantes de l’asbl :

  • Coordination des aides : lorsqu’une demande arrive via la ligne téléphonique, elle est dispatchée chez les assistantes sociales de Soins chez Soi qui coordonnent les différents services.
  • Politique de travail ensemble : réunion de concertation avec la personne en perte d’autonomie et ses aidants proches.
  • Portes de sortie : soutenir et accompagner l’aidant proche qui a besoin d’une aide professionnelle, lui montrer qu’il y a des portes de sortie, des soutiens possibles.
  • Mise en place d’aides : Soins chez Soi met en place des aides à domicile et assure un suivi de ces aides.
  • Relation de confiance avec les aidants proches : s’intéresser à l’histoire de vie, redynamiser la relation, ne pas être là pour juger.

 

21. FratiHa :

FratriHa est une association qui soutient, informe et sensibilise les fratries (enfants et adultes) d’enfants atteints d’un handicap mental. Lors de notre rencontre, Maëlle Delhaise, chargée de projets de l’asbl nous parle des activités de FratriHa et donc des pratiques pro-aidantes de l’asbl :

  • Groupes de paroles pour les fratries enfants et adultes
  • Activités de rencontre entre les fratries
  • Outil Mon Baluchon qui est un sac destiné aux fratries âgées de 6 à 10 ans et contenant des livres, des coloriages, une brochure pour parler du handicap le plus tôt possible.
  • Travail autour de « s’autoriser à prendre soin de soi »
  • Sensibilisation des parents et des professionnels
  • Formations proposées aux fratries

 

22. Vivement chez Moi :

Audrey Demeyere, assistante sociale de formation, est fondatrice de « Vivement chez Moi ». Elle propose de l’habitat thérapie, c’est-à-dire soutenir et améliorer la qualité de vie des personnes à domicile à travers la maison par le tri, le désencombrement, le travail autour des souvenirs, des émotions liées à la maison, etc. La maison est, dans ce cadre, considérée comme un allié, un outil thérapeutique, un point de reconstruction des personnes.  Pour ce faire, Audrey donne des conférences et propose des formations aux professionnels qui travaillent à domicile pour que ce concept puisse faire parti d’un travail quotidien des travailleurs à domicile (exemple: aides familiales).

Comment le concept de Vivement chez Moi peut-il constituer une pratique pro-aidante ? L’habitation est un outil dans la relation. En ce sens, il est un soutien aux aidants proches pour mettre en place à leur domicile et/ou celui de leur proche, des choses suffisamment pensées pour soulager la charge mentale des aidants. La méthode de désencombrement permet aussi aux familles de se remémorer des souvenirs, de revenir à une relation affective en dehors du soin.

Projet futur de Vivement chez Moi : organiser des ateliers pour les aidants proches pour les outiller dans le pratico-pratique.

 

23. Samen Toujours :

Samen Toujours a été créé par deux asbl : Bras Dessus Bras Dessous et BuurtPensioen. Ces deux associations ont pour objectif de créer des réseaux d’entraide basés sur la solidarité de quartier dans les différentes communes de Bruxelles. Le but de ces réseaux d’entraide est de rencontrer les personnes âgées pour rompre l’isolement et les mettre en relation avec des voisins pour les aider dans certaines tâches (exemple : faire les courses) et/ou tenir compagnie, papoter, etc. Samen Toujours vient en soutien aux réseaux d’entraide via quatre volets : formation, communication, pérennisation des réseaux d’entraide et la recherche. Lors de notre rencontre, Marie De Brouwere, chargée de projets au sein de l’asbl Samen Toujours, parle des pratiques pro-aidantes :

  • Prendre le temps de mettre en place une relation de confiance avec les aidants proches pour que cela puisse alléger leur charge.
  • Formations ouvertes aux aidants proches sur différents thèmes : empathie, communication, mettre ses limites et respect de la vie privée.
  • Informer les aidants proches
  • Créer du lien au sein des quartiers

 

24. Commune d’Uccle :

Nous rencontrons François Lambert, échevin de l’Action Sociale, de l’Emploi, des Seniors, de la Prévention et des Nouvelles Technologies. M. Lambert explique que la population est très vieillissante à Uccle. Dans cette optique, la commune proposait surtout du récréatif, des loisirs mais la commune veut développer la relation avec les personnes âgées via, notamment, les approches de quartier. La commune s’intéresse également davantage à la thématique des aidants proches, pilliers importants auprès de leurs proches vieillissants. Au Conseil Communal d’Uccle, il y a un grand intérêt pour les aidants proches et la collaboration avec l’asbl Aidants Proches Bruxelles. Dans ce cadre, une première action pro-aidante a été menée (le 03 octobre dernier) conjointement par la commune d’Uccle et l’asbl Aidants Proches Bruxelles : une séance d’informations et d’échanges pour les aidants proches.

 

25. Eric et Jeanne asbl :

Eric et Jeanne est une association qui propose de l’aide à domicile personnalisée. Lors de notre rencontre, Johanna, fondatrice de l’absl Eric et Jeanne, parle de ses pratiques pro-aidantes :

  • Un réel soutien peut être apporté aux aidants proches : écoute, orientation, soutien pour que les aidants proches redeviennent des proches et sortent de la relation de soin. Ce réel soutien est la valeur ajoutée de l’asbl.
  • Prendre le temps : d’écouter, de faire l’anamnèse de la famille, de visualiser la situation dans son ensemble.
  • Chacun garde sa place et le professionnel prend la place que la famille lui donne.
  • Prise en charge personnalisée sur base des besoins du proche en perte d’autonomie et de ceux de l’aidant proche.

 

26. C.S.J le IIIème Millénaire :

Le centre de soins de jour le IIIème Millénaire accueille en journée des personnes âgées désorientées et/ou dépendantes physiquement. Le centre accompagne les personnes âgées et leurs familles. La personne est accueillie de 2 à 5 jours/semaine, toujours les mêmes jours pour permettre au groupe de se connaître. Deux principaux objectifs du centre : la recherche du bien-être de la personne accueillie (qu’elle passe une bonne journée) et permettre à l’aidant proche de souffler un peu. Lors de notre rencontre, Cathy Vandenbosch, parle des pratiques pro-aidantes du centre :

  • Entrevues avec les aidants proches : lors de l’inscription (3 entrevues ont lieu au total, dont une proposée sans la présence du proche pour que l’aidant puisse parler librement), des entretiens pour travailler certaines thématiques (ex : transition domicile – Maison de repos, guidance sur les gestes à adopter, etc.), des entretiens à la demande des familles pour se déposer, expliquer une situation plus difficile, etc.
  • Projet futur : groupes de paroles et d’activités pour les aidants proches grâce à la formation de l’équipe du centre par Alzheimer Belgique. L’objectif des groupes de parole sera de permettre aux familles d’échanger sur leurs vécus, leurs difficultés et/ou leurs astuces. Les groupes d’activités permettront aux aidants proches de voir leur proche autrement, en interaction avec d’autres et en activité.
  • Chaque famille a un référent parce que lorsqu’il y a trop d’intervenants, la famille perd confiance.

 

27. Répit Solidaire :

Pendant le confinement, la plateforme « répit-solidaire » a été créée et regroupe toutes les aides et informations disponibles pour les parents ayant des enfants avec un handicap ou une maladie dans le cadre de la crise. Cette plateforme est une pratique pro-aidante en soi étant donné qu’elle permet aux aidants proches parents d’avoir un outil qui centralise l’information. Lors de notre rencontre, Anne-Catherine Dubois, infirmière pédiatrique et co-fondatrice de la plateforme, parle des autres pratiques pro-aidantes de cet outil :

  • Échanges de bonnes astuces, adresses entre les parents.
  • Conseils éducatifs à travers des brochures, des livrets
  • Création de fiches d’animation pour les enfants, adaptés à leurs besoins spécifiques.
  • Animation d’ateliers pour soutenir les parents aidants.
  • Importance de déculpabiliser les parents épuisés : ce ne sont pas de mauvais parents.

 

28. La Croix Rouge :

Les actions de la Croix Rouge s’adressent à toute personne souffrant de solitude et plus particulièrement aux aînés. Deux approches : individuelle par des visites de courtoisie visant l’autonomie et la création de liens pour la personne âgée ET collective par la mise en place de lieu(x) ou d’organisation d’activités favorisant le lien social. La Croix Rouge intervient à domicile, en maison de repos (et de soins), au sein des sections locales/maisons Croix Rouge ou en collaboration avec des acteurs locaux. Les actions de la Croix Rouge sont d’ordre relationnelles, si la demande est autre, la Croix Rouge réoriente, voire accompagne la personne vers d’autres relais.

Quelles sont, dès lors, les pratiques pro-aidantes de la Croix Rouge ?

  • Les demandes parviennent souvent des aidants proches de la personne âgée. Les volontaires constatent alors régulièrement que la solitude frappe surtout l’aidant proche vivant sous le même toit. La visite de volontaires se fait alors auprès du couple ce qui permet à l’aidant proche d’avoir un moment d’échanges, de discussion. Il est également possible pour l’aidant proche de bénéficier d’un court répit pendant que son proche discute avec le volontaire.
  • La Croix Rouge organise également des activités de type « repas solidaire » qui permettent des moments d’échanges et de convivialité pour les personnes âgées et leurs aidants proches.
  • Quelques maisons Croix-Rouge accueillent des Alzheimer Cafés.

 

29. Ligue Bruxelloise pour la Santé Mentale et SSM Wops :

Nous rencontrons Sylvie Veyt qui travaille à mi-temps pour la Ligue Bruxelloise pour la Santé Mentale (= LBSM) où elle gère la coordination personnes âgées et santé mentale* ainsi que pour le Service de Santé Mentale Wops. *La coordination personnes âgées et santé mentale permet aux professionnels du secteur de se rencontrer et d’échanger autour de thèmes spécifiques ou de situations cliniques. La LBSM propose également des intervisions cliniques sur site au sein des équipes pou réfléchir à des situations compliquées, elle propose des formations et des groupes de travail.

 

30. Mutualité Chrétienne :

Nous avons rencontré Pascal Dujardin qui est responsable du département de la promotion de la santé et de l’accompagnement des volontaires au sein de la mutualité chrétienne. Au sein de la mutualité chrétienne, il existe 3 mouvements de soutien aux personnes. Ces mouvement soutiennent indirectement les aidants proches de part leur existence et les actions/activités mises en place :

  • Mouvement Altéo : mouvement qui permet aux personnes malades ou handicapées de retrouver/conserver une place dans la société
  • Mouvement Ocarina : organisation de jeunesse spécialisée dans l’animation et formation dans une dynamique d’éducation permanente
  • Mouvement Enéo : mouvement social des aînés qui permet des groupements locaux de rencontre pour briser l’isolement des aînés.

Des volontaires travaillent au sein de ces mouvements, parmi ces volontaires se trouvent des aidants proches. Outre ces mouvements, la mutualité chrétienne aimerait mettre en place des centres ouvert à tous qui seraient des lieux de rencontre pour les professionnels, les habitants, les aidant proches, etc. où on parle de la santé, où l’idée est de recréer une démocratie participative autour de la santé.

Au sein de la mutualité chrétienne, la thématique des aidants proches est de plus en plus réfléchie : la mutualité travaille autour de la communication et la création de contenu à destination des aidants proches. Par ailleurs, les volontaires (parmi lesquels se trouvent des aidants proches) sont intégrés à des groupes de travail autour de certaines thématiques ce qui permettra de créer des contenus proches des besoins des aidants.

 

31. Collectif de Santé La Perche :

Le collectif dispense des soins de santé de première ligne. Nous rencontrons Valérie Efratas, responsable de la santé communautaire au sein du Collectif de Santé – La Perche. Certaines activités organisées par La Perche sont ouvertes aux aidants et constitue des pratiques pro-aidantes :

  • Ateliers Cuisine : une manière de cuisiner des repas équilibrés, de saison, faciles et économiques mais surtout de sortir de chez soi, de rencontrer d’autres personnes, d’échanger.
  • Sorties organisées à l’extérieur, en transports en commun pour que les personnes puissent profiter d’un moment en dehors du domicile. Cette activité est ouverte uniquement aux usagers du collectif.
  • Projet de végétalisation du quartier aux alentours du croisement des chaussée de Forest, rue Combaz, rue de la Perche et rue G Tell. Cette activité aura lieu d’avril à octobre et sera ouverte aux habitants du quartier et/ou usagers de La Perche.

 

32. Commune de Woluwe-Saint-Lambert :

Nous rencontrons Naïma Khalfaoui, responsable du service Famille à la commune de Woluwe Saint-Lambert. Elle vient en remplacement d’Isabelle Molenberg, échevine de la Santé, de la Famille, des Seniors, des Personnes Handicapées, de l’Action Sociale et de l’Égalité des chances. Lors de cette rencontre, les pratiques pro-aidantes de la commune sont évoquées :

  • Soutien à la parentalité où les thématiques des parents aidants et des jeunes aidants proches sont présentes.
  • Projet de conscientisation des jeunes & aidants proches
  • Pour les seniors et leurs aidants proches il existe au sein de la commune, une cellule d’aide au maintien à domicile.

 

33. COSEDI :

Cosedi est un centre de coordination d’aides et de soins à domicile. Les aides à domicile peuvent être ponctuelles ou plus structurelles. Le public cible : des personnes âgées, des personnes malades, des personnes avec un handicap. Leur équipe est composée de 15 personnes + 5 personnes pour les titres services + les indépendants (soins esthétiques, coiffure, etc.). Lors de notre rencontre, Laurent Erpicum pointe l’importance de travailler avec les aidants proches pour trouver le meilleur équilibre possible à domicile : pas trop d’aides, pas trop peu, travail autour de l’acceptation de l’aide lorsque l’aidant proche a des difficultés à déléguer, etc. C’est d’autant plus important que les demandes viennent souvent des aidants proches.

 

34. La Braise – Service d’Accompagnement :

La Braise regroupe un ensemble de services (service d’accompagnement, centre de jour, centre de réadaptation, service de répit, etc. ) destinés à des personnes présentant une lésion cérébrale acquise à la suite d’un traumatisme crânien, d’un AVC, d’une encéphalopathie, etc. Parmi ces services, nous rencontrons Sophie Cockaerts qui travaille au Service d’Accompagnement de la Braise qui met en avant les pratiques pro-aidantes du service :

  • Collaboration avec les asbl Aidants Proches Bruxelles et Jeunes & Aidants Proches. D’ailleurs, La Braise fait parti des partenaires créateurs du projet « Bruxelles Région Aidante »
  • Les aidants proches ont une place privilégiée au sein du service : une première réunion avec les aidants proches a lieu à l’admission de la personne cérébrolésée puis des bilans familles ont lieu régulièrement pour concerter tous les acteurs sur les aides mises en place, ne pas dépasser les limites des aidants proches, être un relai pour les familles.
  • Répit pour les familles
  • Service loisirs qui organise des activités, des journées récréatives pour les personnes cérébrolésées et leurs aidants proches.
  • Les assistantes sociales du service d’accompagnement réceptionnent les appels et prennent aussi des nouvelles des familles de manière pro-active.
  • Les familles et les personnes cérébrolésées peuvent être associées à la création/mise en place de nouveaux projets.

 

35. Réseau Norwest :

Le réseau Norwest s’inscrit en tant qu’antenne dans un réseau plus large : le réseau 107 bruxellois. L’objectif principal du réseau Norwest est de travailler à une meilleure organisation et coordination des soins en santé mentale en visant l’intégration maximale des usagers et leurs proches dans la cité. L’asbl Norwest travaille autour de quatre volets :

  • Renforcer l’interconnaissance entre les services membres du Norwest
  • Faciliter des nouvelles formes de collaborations inter-services, inter-sectorielles, autour et avec le concours des patients souffrant de troubles mentaux
  • Assurer la continuité du lieu d’accueil sans condition
  • Promouvoir et déstigmatiser la santé mentale

Quelles sont les pratiques pro-aidantes du réseau Norwest ? Le réseau Norwest est particulièrement attentif à la place des aidants proches auprès de leur proche souffrant d’une maladie mentale. Pour ce faire, les aidants proches ont leur place dans les différents évenements organisés par le réseau Norwest. Tous les 4 ans, un·e nouveau·elle représentant·e des proches est élu·e pour assurer la représentation de ses pairs au sein du conseil d’administration, organe de pilotage du réseau Norwest.  De cette manière, le réseau Norwest veut s’assurer que les projets répondent bien à leurs besoins et qu’ils ne sont pas oubliés.

Retour

Nos autres services